Pollution par le numérique – Visionnage compulsif de vidéos, films et séries : Youtube, Netflix, Amazon Prime Video, Disney+, OCS et Canal + limités à 3 heures par jour par abonnement.

Dans le cadre du plan géant de lutte contre la pollution par le numérique, le gouvernement fait appel au “civisme des citoyens”. Aussi, une restriction sera mise en place pour aider “jeunes et moins jeunes” à pratiquer de “vraies activités” culturelles et sportives permettant d’avoir “un esprit sain dans un corps sain”, selon un élu, ancien accroc au visionnage de cassettes VHS.

Ainsi, les médias numériques tels que Youtube, Netflix, Amazon Prime Video, Disney+, OCS et Canal + seront limités à 3 heures par jour et par abonnement. “Que les petits mariolles ne s’amusent pas à passer d’un profil Netflix à l’autre. On n’est pas nés de la dernière pluie. Notre puissant algorithme bloquera le compte entier au-delà de trois heures de visionnage cumulées par 24 heures. A la deuxième tentative de défiance de notre décret : on supprimera les lignes téléphoniques fixes et mobiles. Sans téléphone : bye bye internet et adieu les films et les séries”, prévient un community manager (pigiste sur les réseaux sociaux) du Secrétariat d’État à la Transition numérique et aux Communications électroniques.

Publicité
Booking.com

“Je ne dis pas merci aux écolos !”

Du côté des abonnés, c’est la consternation, mêlée à un spleen inédit depuis la création d’internet. Déboussolés, ils n’arrivent pas à imaginer une journée ou une nuit entière sans internet et ses captivants films, séries et autres vidéos. “Je ne dis pas merci aux écolos ! Qu’ils soient contre le dioxyde de carbone émis par les usines, je le comprends, mais internet ? Le numérique émet 4% des émissions de gaz à effet de serre, c’est peanuts ! C’est walou ! Rien du tout par rapport à une centrale à charbon ou par rapport à un moteur diesel. J’aurais dû garder ma télé au lieu de la jeter à la poubelle”, analyse un internaute.

“Heureusement qu’il nous reste les bouquins”

Même son de cloche chez les professionnels de l’optique. “Cette mesure de restriction numérique sonnera la fin des ophtalmologues et des opticiens. Nous nous réjouissions d’avoir une population entière de myopes et voilà que le gouvernement incite les gens à aller faire des activités en plein-air. Heureusement qu’il nous reste les bouquins”, se console le président d’un syndicat professionnel d’ophtalmologues.
 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!