Écologie : les sanisettes et les WC des bâtiments publics seront remplacés par des toilettes sèches à lombricompostage sans eau.

La défense de l’environnement n’avait pas connu telle avancée depuis la création des esthétiques éoliennes. Les légendaires sanisettes, objets utiles et emblématiques du paysage urbain français, seront remplacées par des toilettes sèches à lombricompostage sans eau. Idem pour les WC de tous les établissements publics du pays.

Ce progrès d’envergure, initié par les visionnaires, et tout aussi coriaces et déterminés écologistes, permettra de réaliser de gigantesques économies d’eau, sachant que le fait de tirer la chasse des WC entraîne une consommation comprise entre 6 et 12 litres de molécules d’hydrogène et d’oxygène. “De l’ingestion à la déjection : nous avons le pouvoir sur tout, des élections aux décrets, qu’ils soient municipaux ou nationaux. Nous allons montrer aux pollueurs de quel bois on se chauffe. Les gens qui ont une image de nous comme quoi on fume de la marijuana à longueur de journées, à se prélasser comme des légumes : ils se plantent sur toute la ligne”, prévient une fervente écologiste.

“Sentir la rose de jour comme de nuit”

Les citoyens, à une grande majorité, sont ravis de cette innovation, mais cependant une légère perplexité les ronge. “Ça met combien de temps pour se décomposer le caca ? A ce qu’il paraît, c’est conseillé de prendre une pince à linge pour se boucher le nez, car ça pue, les toilettes sèches”, demande un parisien. Un expert en environnement répond à cette spinescente question. “L’urine et les excréments sont séparés dans les toilettes sèches à la source par un bout de plastique. Pour le caca : les vers à fumier font tout le travail. Vents forts dominants de dos pour les odeurs et soleil pour le bois de la cabane sont conseillés, pour que ça puisse sentir la rose de jour comme de nuit”, explique le consultant.

Publicité
Booking.com

Les défenseurs de la cause animale, quant à eux, sont outrés. “Ce sont nos amis les bêtes, ici en l’occurrence les vers, qui font le sale boulot, encore une fois. Il y a une justice dans la vie. Les endroits où il n’y a pas de vents dominants : je leur souhaite bon courage aux riverains. Pareil pour les lieux ombragés”, se réjouit le président d’une association.

“Mes électeurs font dans les sentiers”

Les toilettes sèches seront mises en place dès la rentrée prochaine dans toutes les principales villes de France dans les rues, dans les administrations publiques, mais également dans les écoles, les collèges, les lycées et les universités. “Nous, on a encore le débit internet des années 90. C’est pas demain la veille qu’on aura des sanisettes. Résultat de cette mouise : c’est moi qui nettoie quand mes électeurs font dans les sentiers. Avec l’annulation de la taxe d’habitation et les réductions de budget, c’est moi qui me coltine tout le boulot, se désole le maire d’une ville moyenne, qui travaille 150 heures par semaine. C’est pas que je me fais chier, mais je dois filer. J’ai une route à goudronner. Comme on n’a pas les moyens de faire appel à une entreprise : je vais faire le travail tout seul.”

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!