Rues transformées en terrasses : les voitures pourront rouler dans la capitale, et les grandes villes de France, entre 5h et 8h du matin.

Alors que les cafetiers et les restaurateurs, mais également les écologistes et les cyclistes, applaudissent l’initiative de rendre les rues piétonnes une partie de la journée et du soir, les automobilistes font la moue. Explications.

Publié le 01.06.2020 à 06h30mn. Mis à jour à 06h39mn.

Le terrifiant Coronavirus a été sans pitié pour bon nombre de commerçants, dont les affables et altruistes cafetiers, patrons de bars ou brasseries, restaurateurs et gérants de pubs. Malgré le tant attendu déconfinement, les clients ne pourront pas s’attabler à l’intérieur des lieux de restauration et de beuverie, risque de contamination au Covid-19 oblige.

Publicité
Booking.com

“A deux cuillerées à café de la faillite”

Face à la détresse des patrons et salariés des cafés, bars, brasseries, restaurants, karaokés et pubs, le gouvernement a décidé de lâcher du lest en autorisant la clientèle à s’asseoir en terrasse. De plus, les mairies ont accordé des autorisations pour augmenter la superficie des précieux et convoités espaces. “Le trottoir devant mon café ne fait même pas un mètre de largeur. Heureusement, je pourrai disposer mes tables et mes chaises directement sur la rue. Comme la circulation sera fermée entre 8 heures du matin et 5 heures le lendemain, ça m’arrange, moi et surtout mes affaires. Affaires qui sont passées à deux cuillerées à café de la faillite, il faut le rappeler aux automobilistes qui gueuleront, quand ils seront dans le métro ou dans leurs chaussures, lorsqu’ils iront au boulot. Je n’aurai pas à déplacer mes chaises et mes tables à chaque passage des autres couillons qui salissent ma vitrine à cause du CO2 que rejettent leurs moteurs à la con”, se réjouit un patron de bar.

“On s’en bat les soupapes !”

Pour permettre aux habitants de profiter des joies du déconfinement, les mairies de la capitale et des grandes villes de France ont décrété que les voitures et les bus ne pourront pas emprunter les avenues, boulevards et rues entre 8 heures du matin et 5 heures le lendemain. “Apparemment, nous, on a le droit de circuler quand on veut. C’est une excellente chose. De toute façon, interdit ou pas, on s’en bat les soupapes ! Nous, les motards, on fera ce qu’on voudra, comme d’habitude. Il n’est pas né le maire qui me dira où je pourrais circuler. Les vélos font bien ce qu’ils veulent ! On fera pareil qu’eux !”, prévient un pondéré conducteur de moto.

“La scoumoune ou pire, une malédiction”

Dénigrés une fois de plus, les éloquents taxis sont inconsolables. “Punaise ! Quand c’est pas les VTC, c’est le Coronavirus qui nous les brise menu menu. Si j’étais superstitieux, j’aurais dit qu’on a la scoumoune ou pire, une malédiction. Mais comme je ne le suis pas, je vais dire que c’est la faute à pas d’chance, se désole un sympathique chauffeur de taxi. Au fait, le reporter de lepigramme.fr. Si tu connais quelqu’un qui veut acheter une licence de taxi, je suis vendeur. Toi ? Ça t’intéresse pas de passer de scribouillard à taxi ? Non ? C’est ce que je me disais”.

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lepigramme.fr