Après sa punchline sur Pearl Harbor, les rappeurs US supplient Carlos Ghosn d’écrire leurs textes.

Génie incontesté du secteur de l’automobile, le franco-libano-brésilien Carlos Ghosn est en passe d’obtenir un autre titre dans un domaine très différent des soupapes et des chevaux vapeurs. L’industrieux dirigeant pourrait rebondir dans la chanson. Lors de sa conférence de presse, il a montré au monde ses talents d’orateur, qui n’ont pas laissé indifférents les créatifs rappeurs américains, mais également leurs disciples et suiveurs rappeurs français.

Après sa spectaculaire et historique fuite du Japon, une première dans l’histoire nippone, Carlos Ghosn a donné une conférence de presse depuis le Liban, dont il possède la nationalité. Interviewé par des dizaines de journalistes, tel une star de cinéma, l’ancien PDG de Renault-Nissan en a profité pour expliquer les raisons qui l’ont poussé à quitter précipitamment le pays du soleil levant. “130 jours de garde à vue, seul dans une pièce, avec 30 minutes de balade dans la cour, sans visites, sans contacts avec l’extérieur, c’est inhumain. Absolument personne ne peut tenir dans ces conditions. Même en Corée du Nord ou dans les salles de torture des gangs sud-américains, ils ne sont pas aussi féroces et cruels avec leurs captures”, prévient un Professeur universitaire, spécialisé en histoire de la torture. L’ancien dirigeant a également réglé ses comptes avec certains cadres de Nissan, coupables selon lui d’avoir organisé un complot visant à le faire partir du groupe automobile nippon. “Carlos Ghosn a redressé notre marque, certes. Il nous a évité la faillite, oui. Mais il n’est pas né celui qui me fera conduire une voiture française. Jamais je ne monterai dans une Renault, jamais !, explique un haut cadre de Nissan. Pourquoi pas dans une Peugeot ou dans une Citroën, pendant que nous y sommes ? Autant me faire hara-kiri ou pire : manger des sushis préparés par des chinois qui se font passer pour des restaurateurs japonais”.

Alcatraz de la grande époque

“J’ai grandi dans la rue, au milieu des cartels, de la violence et des coups bas. Mais ce qu’a vécu Monsieur Ghosn, c’est incroyable. C’est digne d’une histoire de gangs du Bronx des années 70-80 uniquement, de Compton ou de San Pedro Sula. On t’accueille avec le sourire et on t’enferme tout de suite après dans une cave infestée de rats. En plus, il s’est évadé du Japon. Il faut savoir qu’il est plus facile de quitter Alcatraz de la grande époque ou de résilier son contrat téléphonique que de s’enfuir du Japon. Être en garde à vue au Japon, c’est pire que de se retrouver à Caracas, en Irak ou de travailler dans un centre d’appel ou un hypermarché, psychiquement parlant”, indique un redoutable chef de gang de Los Angeles.

Publicité
Booking.com

“On aurait dit un slam”

Plus que son évasion, digne des plus grands films hollywoodiens, ce sont les talents d’orateur de Carlos Ghosn qui ont émerveillé à la fois journalistes et téléspectateurs. “Sa punchline sur Pearl Harbor mérite le Pulitzer de journalisme, mais aussi le Pulitzer de littérature et de musique. Quand il a fait sa conférence de presse, on aurait dit un slam. Ghosn devrait même avoir le Goncourt, c’est obligé. En une phrase, il a expliqué ce qui est lui tombé dessus. Ce mec est un génie, reconnaît le responsable du service politique-justice d’une chaîne d’information française en continu. Oui, je dirige le service politique-justice. Avant, c’était le service police-justice, mais avec toutes les personnalités politiques empêtrées dans des affaires judiciaires, on a pensé que c’était plus simple de tout regrouper dans un même département”.

Ils l’ont eu à la traître

Interrogé par un journaliste US sur le fait que Carlos Ghosn se doutait ou non de son interpellation, l’ancien dirigeant de Renault-Nissan avait demandé si les américains avaient prévu “l’attaque de Pearl Harbor“. “Vu sous cet angle, oui. Nous aussi, nous avions été surpris à Pearl Harbor. Il est clair que ceux de Nissan qui avaient organisé son arrestation, à son arrivée au Japon, lui ont fait un coup de bitch (coup de pute, ndlr). Ils l’ont eu à la traître, dans le dos, par-derrière, avec tout le respect que j’ai pour la délectable sodomie. Le reporter de Lepigramme.fr, repos ! Vous pouvez disposer !”, m’ordonne un Général de l’armée US.

Conférence de presse de Carlos Ghosn au Liban – Extrait “Pearl Harbor.

.

Source : LeHuffPost – Dailymotion.

“Les paroles de mon prochain album

“Je dois à tout prix faire une collaboration avec Mister Ghosn. Le milieu de la finance et des affaires est un monde de requins croisés à des pitbulls. Son expertise me sera très utile pour avoir des textes montrant l’injustice, la cruauté, le vice, l’horreur, la dangerosité et l’effroi liés au fait d’avoir réussi dans la vie. J’aimerais vraiment que Carlos Ghosn écrive les paroles de mon prochain album”, espère un célèbre rappeur US.

Même son de cloche de la part d’un chanteur de rap français. “Wesh, en une question interrogative, Monsieur Ghosn a fait mieux que nous et nos milliers de lignes de textes. Si Monsieur Carlos accepte, on peut travailler à l’écriture de mon futur EP, dès demain”, confie un rappeur français.

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lepigramme.fr