Les palets de hockey sur glace passeront à 20 cm de diamètre pour être visibles sur les écrans tv, pc et smartphones, lors des matchs.

Une décision historique. Tel est qualifié le changement de la taille des palets de hockey sur glace. Une nouvelle réglementation qui ne fait pas l’unanimité. Explications.

Alors que certains spectateurs et téléspectateurs sont davantage concentrés sur leur bière ou leur hot-dog, les autres, qui suivent assidûment le jeu, sont à la peine lors de chaque rencontre. Scientifiquement parlant, il faut une vivacité visuelle au-dessus de la moyenne pour voir les déplacements du palet lors des matchs de hockey sur glace. “Je regarde depuis mon plus jeune âge. Mon père m’a emmené au stade après ma naissance. Deux heures après la sortie du ventre de ma maman, pour être précis. Ma mère et tout le personnel de l’hôpital ont gueulé, mais on y est allé quand même, voir le match. Ils ont tous été contre, sauf l’anesthésiste. Lui aussi est féru de hockey. Il faut savoir que le hockey, c’est sacré là où j’habite. Ensuite, à force, avec l’expérience, je devine où va le palet, presque instinctivement. C’est comme si j’étais dans la tête des joueurs ou du palet, selon que l’action soit offensive ou défensive. Mais il faut en avoir vu des rencontres pour arriver à un tel degré d’acuité visuelle”, analyse un fan canadien de hockey sur glace.

“Pousser un palet de 800 grammes, minimum

Ainsi, la fédération canadienne de hockey, et ses filiales des USA et de Russie, ont décidé de faire passer le diamètre des palets de 7,62 cm à 20 cm. “Depuis que les testicules séchés d’orignaux ont été remplacés par des rondelles en caoutchouc, en 1951, il n’y a pas eu de changements majeurs. Mais là, pour avoir réussi à modifier le diamètre des rondelles, il fallait oser. Certes, pour les spectateurs et les téléspectateurs, ça sera plus pratique. Moi, ça m’arrange, mais les connards qui ont décidé de cette modification, ils ont pensé aux joueurs sur la piste ? Déjà qu’ils portent des protections de 60 kilos. Maintenant, ils devront pousser un palet de 800 grammes, minimum”, indique un gardien de hockey sur glace, qui ne cache cependant pas sa joie, car il stoppera davantage de tirs, grâce à cette innovation.

Publicité
Booking.com

Ils sont givrés !”

“Ils sont fous ! Ils sont tarés ! Ils sont inconscients ! Ma moyenne va baisser, comme baissait un pantalon de producteur d’Hollywood avant le mouvement #MeToo. Non, le palet doit revenir à sa taille initiale. Jusqu’ici, mes tirs vont à 170 km/h de moyenne. En dessous de 150 km/h, ma prime saute, c’est dans mon contrat. Mon agent va faire une dépression, c’est certain ! J’avais pas assisté aux cours de mathématique à la fac, car je faisais les entraînements de hockey à la place. J’ai quand même eu un A à toutes les matières, sur consigne expresse du service financier et sponsoring de l’université, mais je sais calculer combien mon agent va perdre en commissions. Bon, on avait des examens de niveau école primaire, mais quand même, j’assistais aux épreuves, soit dit en passant. C’est pas comme les joueurs de football américain. Eux, les profs assistaient aux examens à côté d’eux, mais c’est un autre sujet. Je ne veux pas me fâcher avec les colosses de 180 kilos. Pour en revenir au hockey, avec ces gros palets de mes deux, la vitesse descendra à 60 ou 70 km/h, c’est certain. C’est l’équivalent de la vitesse maximale d’une voiture électrique. Ils sont givrés !, ceux qui ont fait cette modification. On veut nos anciens palets”, préconise un joueur professionnel américain de hockey sur glace, tout en essayant de calmer son agent, pris de convulsions dues à un AVC après voir palper le nouveau modèle de palets de 20 centimètres.

“Le moral au ras des pâquerettes

Les joueurs de hockey sur gazon, quant à eux, attendent de connaître le sort qui sera réservé aux balles avec lesquelles ils jouent. “Déjà que nos balles font 22 centimètres de moyenne. Si leur circonférence augmente, autant jouer avec un ballon de soccer (football sans casque de moto, ndlr)“, précise un joueur amateur de hockey sur gazon. Il ajoute : “C’est gentil, mais ce n’est pas la peine de préciser que nous sommes des joueurs amateurs. Il n’y en a que pour ces frimeurs en patin à glace. Il n’y a qu’à voir nos sponsors. A 99%, ce sont des entreprises d’engrais et de fertilisants. Je te laisse imaginer les infimes sommes que nos clubs reçoivent en contrats publicitaires. Il n’y en a que pour les danseuses avec des crosses (joueurs de hockey sur glace, ndlr). Même les marques de bière ne veulent pas de nous. On a le moral au ras des pâquerettes. On a juste droit à des publicités d’eau minérale sur nos maillots”, se désole un joueur de hockey sur gazon.

 

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!