La liste des autoroutes sur lesquelles le port du masque est obligatoire au volant.

Dans son souci constant de limiter le risque d’une autre vague de l’implacable coronavirus, le ministère du Travail, sous la supervision de celui de la santé, a décidé d’une nouvelle mesure dans le domaine des transports. Un geste “barrière” inédit dans l’histoire des déplacements humains, depuis l’invention de la mythique roue. Explications.

Depuis le début du déconfinement, de nombreuses personnes se regroupent sans l’indispensable distanciation physique, ou bien se déplacent sans le port du vital masque de protection. Cette nonchalance, proche de “comportements des tueurs en séries”, selon un criminologue, accroît les risques de contamination, au point qu’il a fallu ajouter un autre geste “barrière” pour ne pas risquer de saturer les urgences des hôpitaux. “La majorité de nos respirateurs sont disponibles, mais ils ne pourront pas fonctionner à pleine puissance. Les bécanes (respirateurs, ndlr) sont à bout de souffle, les pauvres. Les autres sont en révision. Pendant le confinement, nos machines ont marché à plein régime”, confie une infirmière, qui se remet de son anémie provoquée par les cadences infernales, insupportables pour le commun des mortels, lors du confinement.

“La route n’est pas droite et la pente est très forte”

Ainsi, les automobilistes, les pilotes de motos, ainsi que les sympathiques conducteurs de camions ou de cars, devront porter un masque de protection dans les autoroutes de France. Une première liste a été dévoilée. Cette mesure d’envergure sera élargie à l’ensemble du réseau routier “si les taux de contamination repartent à la hausse”, selon un agent de péage. “Les gens vont encore grogner, mais a-t-on le choix ?, demande un fonctionnaire de l’énergique ministère des Transports. Voilà où ça mène de faire la fête à 3.000 au bord d’un petit canal ou d’une petite rue à sens unique. La situation sanitaire du pays est grave. La route n’est pas droite et la pente est très forte. En clair : les clignotants sont au rouge. Si on ne change pas de braquet, on va franchir la ligne jaune sanitaire. On ira droit dans le mur si nos concitoyens ne se ressaisissent pas.”

Publicité
Booking.com

“J’ai même pas la clim…”

Lepigramme.fr vous dévoile la liste, non-exhaustive, des autoroutes sur lesquelles le port du masque est obligatoire pour les conducteurs, mais également pour les passagers. “Une prune de 135 euros alors que je voyage seul dans ma bagnole. C’est pas un petit peu exagéré ?, questionne un commercial, qui avale pas moins de 1.500 kilomètres chaque semaine, dans sa voiture de fonction 2 places, en raison de son travail. J’ai même pas la clim dans ma voiture de fonction. Mon patron est radin comme pas possible, cet enfoiré. Et bien avant la crise. Il est comme ça depuis tout petit m’a dit son grand-père. C’est inné chez lui. Picsou à côté, c’est un flambeur.”

“Ça lui apprendra”

Même son de cloche chez une vacancière. “L’imbécile ! J’ai dit à mon crétin de mari de mettre son masque. Normal, on voyage avec ma mère qui est âgée. Pour la première fois en 30 ans de mariage, il m’a donné le volant. D’habitude, il ne me laisse jamais conduire sa voiture qu’il chérit comme la prunelle de ses yeux. Cette fois, contrairement à d’habitude, il était tout sourire. Il a discuté comme jamais avec sa belle-mère. Entre deux phrases, il lui soufflait à la figure. C’est pour rigoler qu’il disait. La bonne nouvelle, c’est que comme il n’a pas porté son masque : les gendarmes lui ont confisqué son permis. Il devra me supplier s’il veut que je le dépose quelque part. Ça lui apprendra de faire courir des risques à une personne âgée en ne portant pas son masque”, prévient une affable maman.

La liste des autoroutes, en plus des principales du pays, sur lesquelles le port du masque est obligatoire pour les conducteurs et les passagers.

A17. Paris – Dieppe (par Gournay-en-Bray).

A18. Paris – Genève.

A24. Lille – Abbeville.

A32. Reims – Amiens.

A37. Nancy – Châlons-en-Champagne (par Bar-le-Duc).

A44. Lyon – Annecy ( par Culoz).

A45. Lyon – Nevers.

A53. Marseille – Turin (par Estenc).

A56. Avignon – Sisteron.

A58. Nîmes – Mende.

A59. Toulon – Saint-Tropez.

A60. Albi – Montpellier.

A67. Toulouse – Barcelone (par Andorre).

A69. Toulouse – Mont-de-Marsan.

A70. Clermont-Ferrand – Ambert.

A72. Limoges – Clermont-Ferrand.

A73. Saint-Étienne – Saugues.

A74. Bourges – Mâcon.

A76. Aurillac – Valence.

A133. Deauville – Cabourg.

A152. Rouen – Beauvais.

A230. Dunkerque – Saint-Omer.

A312. Dijon – Vesoul.

A485. Grenoble – Briançon.

A505. Nice – Grenoble.

A524. Avignon – Brives.

A622. Toulouse – Castres.

A638. Bordeaux – Lacanau.

A810. Nantes – Le Croisic (par Saint-Nazaire et La Baule-Escoublac).

A812. Nantes – Vannes.

A814. Caen – Flamanville.

A838. Rennes – Saint Malo.

Les routes nationales, départementales et communales, quant à elles, ne seront concernées par ce nouveau geste “barrière” uniquement si “le taux de reproduction du coronavirus (R effectif, Ro) dépasse les 2,897”, selon un virologue du secrétariat d’État en charge de la voirie inter-communale nationale.

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!