Les laboratoires d’analyses médicales inscriront l’espérance de vie des clients en bas de page des résultats.

Dans un souci de transparence et d’optimisation du service client, les laboratoires d’analyses médicales informeront leurs clients du nombre d’années, ou de mois, voire de jours, leur restant pour profiter des joies de la vie, afin de respirer le bon air pur, flâner ou bien faire du shopping, par exemple.

Publié le 08.01.2020 à 00h10. Mis à jour à 00h24.

Alors que jusqu’ici, les clients des laboratoires d’analyses médicales se souciaient de savoir ce que signifiaient NFS, HDL, TCA et autre RAI, une nouvelle donnée accaparera la totalité de leur attention, selon un ancien commercial dans les loisirs, aujourd’hui gérant d’une agence appartenant à une célèbre franchise de pompes funèbres.

Publicité
Booking.com

“Nos citoyens sont de bons vivants”

“Dans les résultats d’analyses médicales, depuis qu’ils ont mis le nombre de mois ou d’années qui restent à vivre, le nombre de nos devis a été multiplié par 80, dès le premier jour. Y’a pas à dire, nos citoyens sont de bons vivants”, se félicite-t-il, entre deux visites de cercueils en bois massif, avec poignets en plaqué or.

Ainsi, l’espérance de vie, à 5% près, sera indiquée au bas des résultats d’analyse.

Bien qu’hésitants au début, même les clients les plus réfracteurs à cette nouvelle information médicale ne peuvent s’empêcher de consulter le temps, plus ou moins long, qu’il leur reste à profiter des joies de l’existence.

“Mon très cher reporter de lepigramme.fr, je tiens sincèrement à vous remercier pour l’article que vous faites sur le domaine de l’analyse médicale, qui n’est pas assez médiatisé, selon moi. Mais put*** de bordel de merde, si vous pouviez arrêter de dire clients au sujet de nos patients. Quand vous écrivez un papelard sur ces frimeurs de médecins, vous dites qu’ils ont des patients. Et bien, sachez que c’est pareil pour nous, les cabinets d’analyses médicales. Ce n’est pas parce que nous faisons remplir de pipi des gobelets que nous ne sommes pas dans le très élitiste secteur de la médecine et de la santé. Nous aussi, on a passé des nuits blanches à bouquiner et à apprendre par cœur des put***s de formules chimiques dignes du secteur nucléaire ou de l’aérospatiale. Alors, s’il vous plaît, écrivez dorénavant que nous avons des patients, pas des clients”, me demande aimablement le sympathique propriétaire d’un laboratoire d’analyses.

“Sacré nom d’un Ehpad !

Un patient, lit et relit la page A4 contenant ses résultats d’analyse. “C’est quoi encore que ce 6 mois, en bas de la page ? C’est pas le temps que je devrai attendre avant de me faire rembourser par ma mutuelle, j’espère, questionne un gentil papy. 6 mois à attendre un remboursement ? Je ne vivrai pas éternellement, même si je tiendrai encore sur mes guiboles pendant au moins 10 ou 15 ans ! Je vais aller les voir de ce pas, sacré nom d’un Ehpad ! Ils vont voir de quel bois je me chauffe, ces petits cons !“.

Cette prouesse scientifique a été possible grâce à un puissant algorithme qui utilise les données issues des résultats, tels que les taux de cholestérol, glucose sanguin, acide urique, hémoglobine plasmatique… “Les gens pensent que l’intelligence artificielle, c’est de la science-fiction. Que nenni ! Diantre ! La science a fait des progrès gigantesques depuis l’invention du viagra”, fait savoir un éminent Professeur universitaire.

 

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lepigramme.fr