JO Paris 2024 – 100 mètres : une avance de 20 m accordée aux sprinters propriétaires de véhicules électriques.

Paris, ville lumière. Paris, ville romantique. Paris, ville shopping. Paris, ville festive. Mais aussi, et surtout : Paris, ville écologie. La décision d’accorder plusieurs longueurs d’avance aux “compétiteurs verts”, champêtre surnom donné par le Comité organisateur des JO Paris 2024 aux altruistes compétiteurs les plus en phase avec la gentille Mère Nature, le prouve de bien belle manière.

Les athlètes, hommes ou femmes, qui participeront aux Jeux olympiques Paris 2024 sont prévenus. Être écologique augmentera leurs chances de victoire. “On l’a toujours dit ! L’écologie donne d’infinis bienfaits, assure le chef d’un parti écologiste français. Comment ça, un parti écologiste ? Nous sommes le plus grand parti écolo de France, nom d’une centrale nucléaire ! Bon, à la présidentielle, cela ne se voit pas, mais regarde comment on écrase tous les autres partis lors des élections législatives et aussi aux municipales. Certes, tu pourras difficilement faire fonctionner tout un pays avec notre programme écologique, à moins que tous les salariés ne fassent une formation de jardinier, d’installateur d’éoliennes ou de goudronneur de rues piétonnes. Mais à l’échelle microscopique, nous avons énormément de solutions à offrir. Du jardin bio dans les pavillons aux cultures sur les toits dans les villes, le champ est vaste pour créer de la richesse.

“Mètres de retard à rattraper laborieusement”

Ainsi, ce bonus olympique écologique, inédit dans l’histoire des jeux remis à la mode par feu le Baron de Coubertin, permettra, aux athlètes possesseurs de voitures électriques, d’avoir 20 mètres d’avance sur leurs concurrents roulant au diesel. “Si un coureur ou une coureuse roule d’ordinaire à vélo, dans ses déplacements quotidiens, une distance de 20 mètres sera également prévue, dès les qualifications jusqu’à la finale. Pour les concurrents roulant à l’essence, ça sera 10 mètres de retard à rattraper laborieusement, ça leur apprendra à ces pollueurs. Car oui, les moteurs à essence polluent aussi. Bon, moins que les moteurs au mazout, mais ils polluent aussi, les enflures, prévient un organisateur, tout en vérifiant le bilan carbone de mon micro. Les JO ne se mêlent pas de politique, c’est déconseillé d’un point de vue financier et marketing, mais tout le monde sait que Paname et pollution, ça fait deux.

Publicité
Booking.com

“Pour le bien de notre si fragile planète

Seront concernées les épreuves des 100, 110 mètres haies, 200 et 400 mètres, mais également les courses de demi-fond et de fond, comme le 5.000 m ou le mythique marathon. “A titre d’exemple, les coureurs de 5.000 mètres, qui ont une voiture électrique ou qui roulent à vélo, pour aller au travail par exemple ou rentrer chez eux, auront un bon kilomètre d’avance sur les autres participants. Nous préférons l’annoncer maintenant. Cela laissera le temps aux pollueurs pour acquérir un véhicule électrique. Je sais, 4 ans, c’est un peu juste, car ça coûte bonbon une auto qui fonctionne à l’électricité. En France, il y a des aides spécifiques, mais dans les autres pays, je ne sais absolument pas comment ils promeuvent l’écologie”, confie le représentant des athlètes propriétaires de voitures électriques.

Les avances de distance, accordées aux compétitions de natation, de voile, de pentathlon moderne, de canoë, d’aviron, de cyclisme, de courses hippiques, de skateboard et d’escalade, seront dévoilées dans les prochains mois. “Je vais à l’hippodrome tous les jours à vélo. Bon, il fait très froid, car ça gèle à 5 heures du matin, mais c’est pour le bien de notre si fragile planète. Je suis content que mes efforts pour l’environnement soient reconnus”, explique le jockey du pur-sang ‘Patron, la même chose III’, qui prévoit de clore sa fabuleuse carrière lors des Jeux olympiques de Paris 2024, en finale du tiercé olympique.

“Put*** de bonus écolo”

Cependant, la joie des personnes respectueuses de l’environnement, de la sauvegarde de la flore, de la faune et de l’espèce humaine, est perturbée par la tristesse de certains athlètes.C’est pas fair-play ! Les dirigeants de mon pays n’accordent pas un millimètre d’importance à l’écologie. Bien au contraire, chez nous, c’est pollution à tout-va. C’est open bar. En plus, dans mon pays, le SMIC est à 100 euros par mois. Résultat, moi, je dois faire les frais de ce bonus vert caca de mes deux ? Non, ce n’est pas possible. Dites-moi que c’est une blague. Vous, en France, vous adorez les blagues. Il n’y a qu’à voir les blagues de Jean-Yves Lafesse ou de l’autre marrant qui fait des blagues drôles avec du sexe dedans (Jean-Marie Bigard, ndlr). Ils sont trop drôles ! Vous avez d’autres comiques drôles, mais eux (copieurs dénoncés par CopyComic, ndlr), ils n’ont fait que traduire les blagues des stand-uppers US. Alors, c’est une blague votre put*** de bonus écolo des JO ou pas ?“, me demande un athlète étranger.

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lepigramme.fr