Grèves des transports : en plus des cars, les “Montgolfières Macron” font le plein de voyageurs.

Nouvel acteur dans le tant bouché domaine des transports, les “Montgolfières Macron” ne désemplissent pas. Il faut avouer que la pénurie de trains, de métros, de RER et de bus y est pour quelque chose.

Publié le 07.12.2019 – 14h55. Mis à jour à 15h36.

La réforme envisagée par le gouvernement met le pays sens dessus dessous. Les vaillants fonctionnaires ne comptent pas laisser l’Elysée et Matignon déchaler leurs pensions de retraite.

Publicité
Booking.com

“Sous le ciel, rien de stable, sauf notre retraite !

Les syndicats ne sont pas prêts de céder. Ils ne reculeront pas, tant que “cette put*** de réforme de mes deux relative aux maigres retraites des fonctionnaires ne sera pas définitivement annulée”, selon le responsable d’un puissant syndicat de fonctionnaires. “On ne se laissera pas faire. Ce gouvernement néo-libéral ne touchera pas à un poil de notre retraite. Sous le ciel, rien de stable, sauf notre retraite ! Je sais plus qui a dit ça, si c’est Bouddha ou Karl Marx, mais il avait raison ! Avec toutes ces réformes que le gouvernement essaie de nous mettre bien profond dans le… (temps de réflexion) t‘as le droit d’écrire ‘fion’ dans ton article sur lepigramme.fr ou bien tu préfères que je dise rectum pour expliquer que L’Elysée et Matignon veulent nous la mettre bien profond dans le trou de balle ?“, me demande le chef syndical.

“Même si j’ai le vertige, j’y fonce”

Les cars ou bus dits Macron sont pleins à ras bord lors de chaque trajet. Malgré cela, des centaines de milliers de passagers sont obligés d’attendre, sur les quais, dans le froid glacial, le véhicule suivant, de faire du fatiguant vélo, de marcher jusqu’à leur lieu de travail ou leur domicile, ou pire, d’être contraint de faire du télétravail.C’est pas faux ce que tu dis lepigramme.fr. Le télétravail, c’est pire que tout. Je n’arrive pas à me concentrer. Mon homme est avachi sur le canapé, à regarder la télé et à boire des bières, toute la journée. Moi, j’ai besoin de silence. Ce connard (le mari, ndlr) regarde en boucle tous les replays des matchs de la Coupe du monde de foot. Lors des matchs de l’Équipe de France, ça devient impossible pour moi. Dès que le petit bolide (Kylian Mbappé, ndlr) passe en 6ème vitesse, ce gros con (le mari, ndlr) se met à gueuler comme un usager du métro. Lui aussi, il fait du télétravail. Mais il a un poste important dans sa boîte. C’est connu que plus t’es haut dans la hiérarchie et moins t’en fais. Donc, ce crétin (le mari, ndlr) est parqué sur la canap’ du salon, avec son ordi qu’il regarde de temps en temps, sur les genoux, et moi, je bosse comme je peux. Demain, je vais au boulot en montgolfière, c’est décidé, même si j’ai le vertige, j’y fonce. Ça ne sera pas pire que ce que j’endure avec mon glandeur d’enfoiré de grosse merde de mari”, remarque une cadre.

“Sacré nom d’un ballon de baudruche !

Malgré une certaine empathie, les start-ups de vols en Montgolfière se frottent les mains. Leurs carnets de réservation sont pleins à craquer. “Ta gueule, bordel ! Tu vas nous porter l’œil, enfoiré de lepigramme.fr ! Dans le secteur des montgolfières, il y a des mots à ne jamais prononcer, comme par exemple craquer, déchirer, fissurer, couper, griffer et bien d’autres. Les voilures des montgolfières sont très résistantes, mais quand même. Nous porte pas la scoumoune, sinon je serai obligé de te faire débarquer en parachute, même à 3.000 mètres de hauteur. Nous sommes très superstitieux dans le secteur”, prévient le co-fondateur de la start-up. “Et puis, arrêtez avec vos start-up par-ci, start-up par là. Mes associés et moi, on a créé une société, une entreprise, pas un open-space avec des ordinateurs dedans. Ce n’est pourtant pas difficile à comprendre, sacré nom d’un ballon de baudruche ! Arrêtez de vous la jouer comme Steve Jobs, avec vos mots dans la langue de Sinatra ou de l’autre qui écrit des pièces de théâtre avec des plumes de volatiles (William Shakespeare, ndlr), bordel ! Après, ne soyez pas étonnés qu’on se foute de vos gueules, vous, les bobos intellos en anglais”.

“Manque d’oxygène à 10.000 mètres d’altitude

Les clients, contraints de voyager en montgolfière, sont ravis. Ils gagnent un temps fou grâce à ce moyen de locomotion inédit et original. “Avec les vents d’Est polaires, il faut bien se couvrir. Sinon, c’est très pratique, ce moyen aérien de transport. En plus, c’est très écologique et assez rapide en hiver. C’est très bien pour l’environnement. A haute altitude, les particules de CO2, émises par les moteurs lance-flammes, sont aspirées vers la mésosphère. En parlant d’espace, j’ai trouvé très rigolotes les bouteilles d’oxygène qu’on nous a donné à cause du manque d’oxygène à 10.000 mètres d’altitude, dans la stratosphère. Mais il faut respirer lentement. J’ai fais une overdose d’oxygène lors d’un vol en montgolfière et j’ai traité de gros con mon patron, tout de suite arrivé au bureau. Pour les longs trajets, les montgolfières sont contraintes de voler très haut. Ceci en raison des bouchons aériens à basse altitude sur les courts trajets. Seul petit hic, il faut bien s’accrocher. A très haute altitude, les vents planétaires soufflent très fort, mais vraiment très fort. D’ailleurs, tout là-haut, on ne dit pas vent, mais courant, au sujet des bourrasques qui soufflent en continu à 600 km/h, sans s’arrêter. Ils sont appelés courants-jet, dans les milieux de la météorologie, de la physique nucléaire et de l’aérospatiale. Normal, il n’y a pas de frottements dans la stratosphère, juste 2 ou 3 météorites qui passent, mais vraiment de temps en temps, toutes les 3 ou 4 heures environ, pas plus. Rien de vraiment méchant. En plus, les usagers des montgolfières ont de la matière pour faire des selfies de folie, afin de les montrer aux collègues de bureau”, assure un usager de Flixmongolfière, passionné de météorologie.

“Nous, on a mis des banquettes dans nos montgolfières. Un Paris-Marseille, tu ne peux pas rester debout pendant tout le voyage. Surtout si le jet-stream subtropical te fait faire un détour par Milan, Zurich, Munich ou Hambourg”, explique un responsable de Blablamontgolfière.

“Saloperie de concurrence. On ne peut pas bosser tranquille sans que quelqu’un empiète dans notre pré carré à nous ?”, demande un VTC.

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!