Grèves des trains : déprimés, les vaches et les taureaux sont au bord du burn-out.

Les usagers de la SNCF ne sont pas les seuls à subir les répercutions de l’absence de trains, suite à la grève discontinue des fonctionnaires des transports. Explications.

La réforme des retraites et la fin annoncée des régimes spéciaux, et avantageux, des fonctionnaires des transports entraînent une paralysie des trains, des métros et des RER. “J’ai déjà usé 4 paires de chaussures. Qui va me les rembourser ?, le gouvernement ou les syndicats ?, me demande un usager du RER. J’enverrai la moitié des factures à Matignon et l’autre moitié aux syndicats”.

“Mou comme du camembert

Cependant, les usagers des transports en commun ne sont pas les seuls à faire grise mine. Les agriculteurs ont beau remonter le moral de leurs vaches laitières et de leurs taureaux reproducteurs, les animaux de la ferme sont déprimés. En cause, l’absence de trains à voir passer. “En 50 ans de métier, je n’ai jamais vu ça, se désole un sympathique agriculteur. J’ai beau masturber manuellement mon taureau, rien ! Son gourdin est mou comme du camembert. Il n’a plus envie, le pauvre. Il déprime. D’habitude, c’est lui qui insémine naturellement les vaches. Il est d’un tempérament très jaloux. C’est au bout du 10ème vétérinaire qu’il a envoyé à l’hosto, à 300 kilomètres de ma ferme, qu’on a compris qu’il faut pas toucher aux vaches de l’exploitation. Normal, les coups de sabots d’un taureau, ça se ressent. Mais depuis ces grèves, il ne regarde même plus les belles femelles. Elles ont beau tortiller de la croupe devant lui, il l’a toute molle”.

Publicité
Booking.com

“Si peu de lait, qu’il est naturellement concentré

Même constatation de la part d’une éleveuse dans une ferme voisine. Ses vaches laitières ne donnent plus autant de lait qu’avant les grèves des trains. “En 80 ans de métier, je n’ai jamais vu ça. D’autant à cause de leurs conneries de quotas sur le lait, on était obligés de jeter les 3/4 de notre production, mais quand même. Avec les grèves des cheminot qui gagneront en 1 mois ce que je toucherai en 6 mois quand j’aurai ma retraite, l’avantage, c’est que mes vaches font si peu de lait, qu’il est naturellement concentré. Je l’embouteille directement avec les étiquettes où y’a d’marqué ‘Lait concentré’. La grève des salariés du transport qui prennent leur retraite quand je suis à peine à la moitié de ce que je dois travailler, moi, a du bien pour mon exploitation”, confie une agricultrice.

“Beau leur chanter des chansons paillardes, rien

“J’ai beau les masser au vin rouge ou à l’eau-de-vie, rien. Elles font moins de lait qu’avant ces grèves des travailleurs de la ville. Les japonais font pareil, mais avec leur vin à eux. Le Saké, ils appellent ça. Mes bêtes, j’ai aussi beau leur chanter des chansons paillardes, rien non plus. Elles font une petite montée de lait, des fois, quand un avion passe, mais pas beaucoup. J’espère que les chauffeurs d’avions (pilotes, ndlr) ne vont pas non plus faire grève”, questionne un affable éleveur.

“Véritable cas d’école vétérinaire”

“Les gens sont rares à le savoir, mais il y a une différence entre la déprime, la dépression et le burn-out. La déprime est passagère. La dépression dure davantage dans le temps. Le burn-out, bien que difficile à différencier de la dépression, est plus en lien avec le travail. Ce qui ne me rassure pas, c’est que ces grèves vont durer. Ce qui arrive aux vaches, en ces périodes de grève des transports, est un véritable cas d’école vétérinaire. Il y a facilement de quoi faire 800 à 1.000 thèses en psychologie bovine. Les petits veaux, c’est différent. Eux, ils s’en fichent des trains, comme de leur première tétée. C’est comme les enfants et les ados avec la retraite. Ils s’en contrefichent”, remarque un Professeur-Vétérinaire.

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lepigramme.fr