Sibeth Ndiaye décide de transporter des usagers du métro et du RER à leur travail, les jours de grève, par empathie et solidarité.

Les grèves des transports sont synonymes de successifs retards au travail, de filandreux embouteillages, de colossales cohues dans les métros, RER, bus, tramways et trains. Mais les blocages, provoqués par nos patients et altruistes fonctionnaires réfractaires à la réforme des retraites, sont aussi l’occasion de grands élans de générosité et de solidarité, comme seules les personnalités politiques savent en partager.

Il y a quelques mois, la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, avait fait part de sa fraternité envers les usagers des transports en commun, lors d’une énième grève de nos vaillants et déterminés fonctionnaires. La Secrétaire d’État auprès du Premier ministre et Porte-parole du gouvernement avait indiqué, lors d’une interview télévisée, qu’elle était “de cœur” avec les franciliens qui “galèrent dans les couloirs du métro”.

“Je n’attends plus mon RER de la même manière”

“Quand j’avais vu l’interview de la ministre, j’en avais eu les larmes aux yeux, tellement ça m’avait fait chaud au cœur. Elle sait employer les mots qu’il faut pour rendre nos épuisants trajets plus supportables. Certes, j’avais déjà envie de chialer un tout petit peu avant, car un connard avait enfoncé son coude dans mes côtes, tellement on était tous entassés dans la rame de métro. Franchement, les gens qui disent que les politiques sont déconnectés de la réalité ont tout faux. Je n’attends plus mon car, ni mon RER, ni mon métro, chaque matin et chaque soir, de la même manière, pendant des heures, depuis les attentionnés propos de Madame Ndiaye. Allez, dégage de ma vue, le reporter de lepigramme.fr, je ne veux pas que tu me vois chialer. Je suis tout retourné, rien qu’à y repenser à l’attendrissant message de la Porte-parole du gouvernement”, s’émeut un francilien.

Publicité
Booking.com

Lors de ces grèves de fin d’année, Madame Ndiaye montre, une fois encore, la communion d’esprit qu’elle a vis-à-vis des habitants de Paris et Île-de-France. Lors de ses déplacements, elle a transporté des salariés désoeuvrés, en quête d’un moyen de locomotion, trop rares par les temps qui courent.

“Sibeth Présidente !”

‘Cette dame est adorable et prévenante comme tout ! Elle m’a permis de gagner près de 5 heures sur mon trajet pour aller au travail. Elle reviendra, avec son chauffeur, me déposer chez moi, après ma journée de boulot. Il faudrait davantage de personnalités politiques comme Sibeth. Génial, son covoiturage avec la voiture de fonction ! Sibeth Présidente ! Sibeth Présidente ! Sibeth Présidente !“, acclame une cadre supérieure.

“Ancien pilote de F1”

Waw ! Trop bien le trajet avec la ministre ! Et le chauffeur : top de chez top ! Il a fait des drifts comme dans ‘Fast and Furious’, quand on roulait dans Paris. Je ne savais pas que les chauffeurs des politiques étaient d’anciens pilotes de Formule 1. Il ne me l’a pas dit, car c’est sûrement classé secret défense, mais je l’ai deviné que le chauffeur de la ministre, qui répète ce que le Président ou les autres ministres disent en réunion, est un ancien pilote de F1. Je ne savais pas non plus que les chauffeurs connaissaient le code nucléaire. Quand je lui avait demandé, il me l’a dit, mais j’ai insisté pendant près de deux heures. Le code, c’est ‘Arrête de jacter’. Je pensais que c’était uniquement des numéros, mais non. Mais ne le répète pas, c’est sûrement secret défense aussi”, fait savoir un jeune francilien.

Sibeth Ndiaye : “Je serai de cœur avec les franciliens…”.

Source : BFMTV, Twitter.

“Jamais été aussi en avance à mon boulot”

“J’étais en train d’attendre, en insultant la SNCF sur les réseaux sociaux, comme d’habitude, car j’allais être en retard à mon boulot, comme d’habitude aussi, avec ou sans grève à cause de ces foutus RER de mes deux, et qu’est-ce que je vois ? Une belle voiture, avec les drapeaux de la France accrochés devant, sur le capot, comme au 14 juillet. Au début, je me suis dit que c’était une délégation qui voulait demander son chemin. Il y en a beaucoup des politiques qui viennent inaugurer une bibliothèque ou un centre culturel, et qui repartent tout de suite après, aussi vite qu’ils sont venus. Les éducateurs des quartiers chauds leur conseillent, et leur ordonnent même des fois, de ne pas rester longtemps pour leur sécurité, aux politiques. Les gens en costume-cravate, ici, dans ma banlieue difficile, on n’est pas trop habitués. Attention, il y a aussi des blancs pauvres, des blacks et des arabes en costume-cravate, dans nos quartiers. Il ne faut pas se laisser aller aux clichés non plus. Mais en général, au bout du 2.000 ou 3.000ème entretien d’embauche non fructueux, ils se remettent en survêtement. Même s’ils ne portaient pas du tout de survêts avant de chercher du travail. C’est comme une sorte de réflexe défensif ou de protection émotionnelle, le survêtement, je ne sais pas pourquoi. Bref, la splendide berline s’arrête, juste en face de moi. Le premier instinct que j’ai eu, c’est de courir, de me barrer à toute allure. J’ai cru que c’était les keufs, confie Marinette, une employée de 63 ans. Je ne trempe dans aucun trafic, ni aucune magouille, mais courir, c’est aussi un réflexe, ici. Sinon, tu passes 48 heures en garde à vue. C’est systémique, ici, la garde à vue. Mais attention, nous avons énormément de policiers très gentils. Comme ils se font voler leurs portables par les gangs qui font la loi, ils bavardent avec nous, quand ils nous demandent l’heure. Ils ne peuvent pas se balader avec leurs montres non plus. C’est que c’est dangereux pour tout le monde dans certains quartiers. Donc, moi, je cavale et voilà que la voiture de la ravissante ministre me rattrape et me propose de me déposer à mon travail. Même en temps normal, quand tous les RER roulent, si on peut appeler cela rouler, car ils tombent en panne une fois sur une, je n’ai jamais été aussi en avance à mon boulot. Bref, j’ai été en avance, comme jamais de toute ma carrière professionnelle. Merci à la gamine (Sibeth Ndiaye, ndlr). Elle est adorable, cette petite. Elle finira Présidente, minimum, j’te l’dis”.

“Des dizaines de milliers de kilomètres de covoiturage néo-libéral

Jusqu’à tard dans la nuit, mais également lors des prochaines grèves, la Porte-parole du gouvernement sera solidaire avec les usagers du métro, du RER et des trains. “Si elle veut déposer les gens à leur boulot à chaque journée de grève, je conseillerai à Madame Ndiaye d’acheter un sur-siège lombaire pour mettre dans sa voiture de fonction, car elle va en rouler des dizaines de milliers de kilomètres de covoiturage néo-libéral. Elle a intérêt à être assise confortablement, car nous, les fonctionnaires-travailleurs, on lâchera rien, tant que cette foutue réforme ne sera pas mise dans les placards des oubliettes, sacré nom d’un riche !”, prévient le responsable d’un grand syndicat.

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lepigramme.fr