Fashion Pact : des mannequins de taille 36 et 38 dans les défilés de mode en 2030.

Alors que les dirigeants du G7, les sept pays les plus puissants du monde, économiquement parlant, ont longuement discuté, débattu et négocié dans les domaines de l’environnement, de l’économie et de la finance, 32 grandes marques de la mode et du luxe se sont mêlées au défilé protocolaire pour s’engager pour le bien de la planète.

Dénommé Fashion Pact, ce plan d’envergure a été présenté aux dirigeants du G7 qui s’est déroulé dans la jolie ville de Biarritz. En plus d’agir pour la protection de l’environnement, cet engagement, « sans contraintes », promet également d’intégrer « progressivement à hauteur de 1 % de mannequins obèses de taille 38 et plus dans les prochaines années », selon un cadre d’une grande marque de vêtements et d’accessoires de luxe.

« Arrêter avec les clichés sur le milieu de la mode »

Publicité
Booking.com

« L’industrie textile figure parmi les activités les plus polluantes du monde, juste après les paquebots, le pétrole et les moteurs diesel. On en a gros sur la conscience. Surtout après les soirées arrosées à 11 heures du matin quand tu rentres dans ton petit hôtel 6 étoiles. Quand tu sniffes ton rail de cocaïne, tu te dis avec culpabilité, mais quelle planète vais-je laisser à notre jeunesse ? », confie un trader, en charge des questions environnementales d’une grande marque de produits de luxe. Il ajoute, « on nous imagine toujours dans des soirées à nous goinfrer de caviar et de petits-fours, en train d’enfiler verres sur verres de champagne et de forniquer à tout-va. C’est totalement absurde, même si c’est arrivé dans le passé. Je ne dis pas que cela n’existe plus encore de nos jours, mais il faut arrêter avec les clichés sur le milieu de la mode », avant de se diriger en direction des toilettes, accompagné d’une sublime créature, mannequin de profession.

“Emballer nos produits dans du lino”

En plus d’essayer, mais « sans contraintes, ni comptes à rendre moralement et surtout économiquement parlant», selon un chargé de mission déontologique, d’atteindre le zéro émission net de CO2 en 2050, les 32 entreprises présentes lors du Fashion Pact veulent également utiliser 100 % d’énergies renouvelables dans leurs chaînes d’approvisionnement et bannir le plastique à usage unique pour 2030. « Ne le répétez pas, mais nous n’utilisons jamais de plastique pour emballer nos luxueux vêtements et nos somptueux accessoires. Ils nous prennent pour un vulgaire hypermarché situé dans une zone industrielle en périphérie ?, à des années-lumières des quartiers chics de la capitale. Dans nos magnifiques boutiques, même notre papier toilette est en or 22 carats, ça résume tout. Quand tu es haut de gamme, c’est jusqu’au bout. Nous n’allons pas emballer nos produits dans du lino. Mais bon, nous avons promis de ne plus utiliser de plastique, car il fallait bien remplir le communiqué de presse du Fashion Pact. Dans notre secteur, tous nos sacs sont élaborés en papier de soie véritable. Pour le zéro émission net de CO2, c’est bien du net, pas du brut. Écris-le bien. Grouille choupinou, j’ai une soirée de prévue. Donc, que cela soit bien clair pour tout le monde, on parle en net. Que les associations ne viennent pas rouspéter après si elles voient des quantités astronomiques de CO2 brut. Dans le secteur de la mode, nous sommes des artistes, des créatifs, des rêveurs, mais nous savons garder les pieds sur terre. Nous, génies de la mode, nous avons un ego a little bit (un petit peu, ndlr) démesuré, certes, mais nous savons être altruistes. Par contre, il y a des limites dans ce que les gens nous demandent. Nous savons rester objectifs quand il s’agit de production et de chiffres d’affaire. Une dernière chose au sujet du CO2 net. Le fait de dire net et ne pas parler en termes de brut, c’est moins pire que les moteurs diesel trafiqués ou les paquebots qui laissent de gigantesques marées noires de CO2 liquide, pour faire voyager des beaufs, en plus. C’est le monde à l’envers. De toute façon, moi, je ne me déplace qu’en taxi et en jet. Un jet, c’est plus petit et plus mignon qu’un gros paquebot tout moche », relativise un designer de mode, tout en ôtant une sorte de poudre blanche et légère de sa carte de crédit.

“Ce Fashion Pact est historique. En termes d’image, c’est magnifique. Je n’aurais plus à baisser la tête, tout honteux et plein de remords pour l’environnement, quand je passerai devant mon épicerie-bio”, explique un responsable marketing.

“Dans un avenir proche”

En plus de toutes ces avancées environnementales, les 32 entreprises présentes au G7 se sont engagées « sans contraintes et sans de comptes à rendre à personne », à intégrer des mannequins de taille 36 et plus dans “un avenir proche”, selon un représentant.

“Marre de les gaver de glucose !”

“C’est très bien qu’il y ait des modèles de taille 36 minimum. Ça me fera du boulot en moins. Les tailles 32 s’évanouissent dès qu’elles marchent sur plus de 20 mètres. J’en ai marre de les gaver de glucose !. J’ai pas fait Bac+6 pour donner du sucre à longueur de journée à des mannequins, aussi gentilles soient-elles”, remarque un biologiste, en charge du contrôle de la glycémie des mannequins lors des essayages et des défilés de mode.

“Plus jamais, plus jamais, plus jamais, plus jamais !”

« Que l’on ne nous accuse plus de grossophobie ! Plus jamais, plus jamais, plus jamais, plus jamais !. Il y aura des mannequins obèses taille 36 ou 38 en 2030. Dans la mode, nous sommes capricieux et entêtés, c’est de notoriété publique, mais nous avons un cœur gros comme ça. Cela, peu de gens le savent », indique un responsable de collection, tout en vérifiant le poids d’un mannequin taille 32. Il ajoute à son assistante, « elle doit maigrir celle-là. Il suffit de les laisser partir en vacances et les top models reviennent avec 50 ou 55 grammes de graisse odieuse et superflue en plus ».

“Leur rêve se réaliser”

A terme, des mannequins de taille supérieure au 36 seront acceptés dans le très élitiste et clos domaine de la mode et du luxe. Ainsi, il y aura sur les podiums des top models de taille 36 ou 38 en 2030, des tailles 40 vers 2050, des tailles 42 aux alentours de 2070, des tailles 44, mais pas avant 2090. Les mannequins de taille 46 verront leur rêve se réaliser dans un avenir proche, aux abords de 2150. “Alors, vous l’ouvrez moins maintenant ! hein ?. La mode peut aussi rimer avec rondeurs. Alors oui, les grosses en 38 devront patienter. Mais on ne peut pas tout avoir. Les bonnes choses demandent patience et ténacité”, conseille un petit actionnaire d’une grande marque du luxe.

 

 

Crédit-Photo : Brett Sayles, Pexels.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lepigramme.fr