Psychologie – E-cigarette : la saveur “Madeleine de Proust” fait un tabac auprès des e-fumeurs.

Crise oblige, les fumeurs de tabac traditionnel se replient sur la e-cigarette. En constante recherche de satisfaction client, les fabricants de liquide rivalisent d’ingéniosité pour éviter que leur investissement ne parte en fumée.

Est-ce sous l’effet de la crise que la saveur “Madeleine de Proust” fait un carton chez les fumeurs de cigarettes électroniques ? Les avis sont partagés.
Notre consultant en psychologie a bien voulu analyser le pourquoi du comment ce nouveau fumet est très prisé des e-consommateurs de cigarettes.

“Même une minuscule madeleine te réconfortera”

“Quand, tout jeune, tu bouffes à ta faim et qu’arrivé à l’âge adulte, tu dois compter chaque centime pour acheter de quoi mettre dans ton frigo, forcément, tu deviens nostalgique, sans même le vouloir. Le bon vieux temps où il te suffisait de poser ton cul sur la chaise de la salle à manger familiale pour becter à ta faim, c’est du passé quand t’es au SMIC. Maintenant, avec la crise, même en travaillant : les gens ont du mal à joindre les deux bouts. De fil en aiguille, même une minuscule madeleine te réconfortera”, souligne notre expert.

Publicité
Booking.com

“Ça fait un tabac”

A la recherche de la sérénité perdue. Cela pourrait être ce qui pousse les consommateurs de e-cigarettes, anciens fumeurs de tabac artisanal produit dans des usines modernes, à être en constante quête cérébrale de nouvelles sensations. “Cela fait référence à leur passé. Il faut dire que c’est de plus en plus difficile de trouver la paix de l’esprit. Entre les factures, les gosses qui t’emmerdent pour chaque broutille, ta nana qui trouve toujours un truc à modifier dans la déco de chez toi, et les prunes qui s’empilent à cause de la baisse de la limitation de vitesse, t’as envie que d’une seule chose : d’apaisement. Quand tu étais gosse, tu te fichais de tout. Pareil quand t’étais ado, mais les hormones foutent le bordel chez les pré-adultes. T’es moins serein quand t’as envie de tirer un coup toutes les 5 minutes, mais la phase de l’agitée adolescence est un autre débat. Donc, suite à toutes ces constatations, nous avons élaboré la saveur ‘Madeleine de Proust’ et ça fait un tabac”, analyse le chef du département “Stimulation de l’hypothalamus” d’une grande marque de cigarettes électroniques.

“J’en ai chialé”

La clientèle est aux anges. “Ça me rappelle l’odeur de notre cuisine, quand j’étais tout petit. Je comprends pourquoi, dans la notice, ils ont marqué de se prémunir d’un mouchoir. Il faut dire que moi-même, j’en ai chialé toutes les larmes de mon corps, dès la première bouffée, tellement ça me rappelle de très bons souvenirs”, confie un cinquantenaire, nouvel adepte de cet arôme, endetté jusqu’au cou à cause des manifestations des Gilets jaunes et de la pandémie de Coronavirus, qui ont mis à mal le bon fonctionnement de son petit commerce du centre-ville.

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!