Décret Canicule : le Supplément Clim’ que les commerçants peuvent facturer aux clients ne devra pas dépasser 10 euros.

Grâce ou à cause de l’économie de marché, selon le côté de la barrière socio-professionnelle dans lequel vous êtes : plus rien n’est gratuit. Les clients qui ne le savaient pas encore viennent de le découvrir durant cette période de fortes chaleurs qui sévissent aux quatre coins du pays.

Avec la canicule, les climatiseurs des commerces marchent à plein régime, au grand dam des défenseurs de l’environnement. Selon une récente étude, un climatiseur consomme autant d’énergie en 8 heures qu’une voiture électrique en un mois d’utilisation. “Dans ma famille, on vote écolo de père en fils depuis les années Larzac. Mais bon, je me demande si c’était une bonne idée de refuser l’énergie électrique produite par la centrale nucléaire la plus proche de chez nous. Dans notre ville, comme des cons trop enthousiastes et utopistes, on a voté pour le tout éolien. L’amour rend aveugle. L’amour de l’environnement aussi, apparemment. Résultat : nos climatiseurs ne fonctionnent qu’à 30% de leur capacité. C’est qu’il en faut du jus pour faire tourner une clim à son maximum”, explique un fervent écologiste, les vêtements trempés de sueur.

“Les pingres”

Face aux énormes consommations des énergivores climatiseurs, les commerçants peuvent facturer un “Supplément Climatisation” à leurs prospects et clients. “Des petits malins viennent faire semblant d’acheter chez moi dès qu’il fait plus de 32°. Forcément, j’ai dû leur facturer la visite fraîcheur. Avec la crise, c’est pas possible sinon. Bien avant ce décret, je leur ajoutais un petit supplément, en douce dans la facture, mais ça ne dépassait pas les 2 euros. Au-dessus de 2 balles, les clients s’en rendent compte, les pingres”, se désole le propriétaire d’une boutique de prêt-à-porter. Même constat de la part d’un gérant de supermarché. “Notre enseigne a fait un tarif spécial pour les gosses et les chômeurs. C’est logique. Les deux ne foutent rien de leurs journées, les pauvres, donc ils n’ont pas de pognon. Tu n peux pas demander du fric à quelqu’un qui n’en a pas”, philosophe le responsable.

Publicité
Booking.com

“Taux réduit de TVA”

Ainsi, par décret, les commerçants ne pourront pas dépasser les 10 euros facturés par client, TVA de 5,5% non comprise, pour cet extra Clim’. “Nous sommes libéraux, mais nous avons un cœur. Pour celles et ceux qui en doutent encore, nous avons appliqué le taux réduit de TVA qui est de 5,5%”, annonce fièrement un élu parlementaire.

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!