Déconfinement – Rentrée scolaire : les enseignants et les parents d’élèves auront des respirateurs en priorité sur le reste des salariés reprenant le travail.

En plus de suites dans les meilleurs hôtels de France, les enseignants, les professeurs, les directeurs et les personnels d’établissements, mais aussi les parents d’élèves, ont reçu une nouvelle qui leur mettra du baume au cœur, en plus du gros tube de respirateur qui les attend sûrement, selon les études scientifiques relatives à la célèbre et inévitable seconde vague de Coronavirus.

La nouvelle est passée inaperçu lors de la conférence de presse relative aux modalités du déconfinement. Les personnes les plus en contacts avec les enfants seront avantagés par rapport au reste de la population. Cette dernière, courant bien moins de risques.

“Pourquoi j’ai pas fait le Capeps ?”

“A part que tout le monde va aller bosser et que les gosses vont propager le Coronavirus dans les écoles et dehors, on n’a rien appris de nouveau. Le truc des gosses qui vont contaminer profs et parents, les ministres ne l’ont pas dit formellement, mais j’ai analysé les graphiques qu’ils ont affichés lors des discours. Tu prends un graphique seul, t’as pas les chocottes. Mais quand tu croises les données de plusieurs diaporamas : tu fais dans ton pantalon, direct. Ça m’apprendra à être prof de math. Pourquoi j’ai pas fait le Capeps ? J’aurais regardé tranquille les diapos et je serais retourné à mes séries télé, analyse un enseignant, qui s’est fabriqué pas moins de 3.000 masques de protection pour tenir jusqu’à la fin de l’année scolaire, dans seulement un mois et demi brut, soit 10 jours de cours nets. Je me suis fait mes réserves de masques. C’est que les gosses m’ont font baver, au sens propre comme au figuré. Ils ne sont pas méchants, mais ces crétins n’arrivent toujours pas à savoir que l’adjectif s’accorde avec le verbe être. C’est quand même un tout petit embêtant pour des élèves de terminale. Résultat, je n’arrête pas de baver quand je fais cours à ces couillons. Ils me rendent chèvre, ces bourrins”.

Publicité
Booking.com

“Moins de monde dans les manifs”

Le moment, aussi inattendu que redouté sanitairement et vitalement parlant, approche. Malgré les alertes de certains médecins, virologues et syndicats d’enseignants, la rentrée scolaire aura bien lieu le 11 mai prochain. “Si j’étais soupçonneuse, je dirais que ce gouvernement n’aime pas trop les fonctionnaires, en voulant envoyer les profs aller bosser en pleine épidémie. Mais loin de moi cette pensée. Cependant… (long silence). Put*** ! Vous savez combien de mes adhérents vont finir sous respirateur ? Bordel, on aura moins de monde dans les manifs, après le confinement. Il faut quand même presque un an pour qu’un intubé retrouve la pleine possession de ses moyens comme marcher ou gueuler de slogans anti-réforme des retraites ou anti-baisse des salaires des fonctionnaires”, explique une syndicaliste.

“Gentiment accordé du chômage partiel aux prolos”

Ainsi, enseignants, professeurs, directeurs et personnels d’établissements, mais aussi parents d’élèves, seront prioritaires pour être intubé lors de la probable seconde vague de coronavirus. “On leur doit bien ça. C’est quand même grâce aux établissements scolaires que les parents pourront aller au casse-pipe économico-sanitaire. Ce sont eux qui prendront tous les risques, car va expliquer les gestes barrière à des gosses. Je leur souhaite bon courage, en tout cas. Ça va pas être du gâteau d’anniversaire. Quant aux critiques, aussi infondées qu’injustes, je voudrais rappeler une chose très importante : notre programme électoral n’a jamais été basé sur le social et payer des gens à bâiller aux corneilles. Rien à battre de la santé, aussi. Nos valeureux citoyens devaient le diagnostiquer suite à notre politique. Les anciens gouvernements, avant nous, ils avaient aussi réduit les budgets des hôpitaux et on nous gueule dessus ? Uniquement nous ? Mais bon, pour analyser et diagnostiquer, il faut avoir fait des études bien plus supérieures à la moyenne. L’économie d’abord ! Ensuite, il y a la finance. On n’est pas de gauche, se réjouit un élu de la majorité. Malgré notre néo-libéralisme, on a été très généreux d’avoir gentiment accordé du chômage partiel aux prolos. Mais on ne peut pas faire ça indéfiniment (jusqu’à la rentrée de la prochaine année scolaire, ndlr)”.

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lepigramme.fr