Les sites et chaînes TV pour adultes ne diffuseront plus de films pornos à Grenoble « tant que le maire ne présentera pas d’excuses publiques » suite à ses propos sur le X en 5G dans les ascenseurs.

Les écologistes n’aiment pas vraiment la 5G. Pour preuve, le nouveau maire EELV de Grenoble l’a redit aujourd’hui. Cependant, les neutres sites et TV, diffusant des contenus pour adultes, ont tenu à faire part de leur tristesse suite aux propos de l’élu vert relatifs à la cinquième génération de réseaux mobiles. Explications.

Écologistes et ondes non-naturelles, cela fait deux, c’est de notoriété publique. Eric Piolle, le maire fraîchement élu dans la capitale des Alpes, l’a prouvé lorsqu’il a indiqué que “la 5G, c’est pour regarder du porno sur votre téléphone, même quand vous êtes dans l’ascenseur, en HD”. Malgré le fait qu’il se dise favorable à concentrer les efforts sur les zones blanches, dépourvues de connexion internet, les sites et chaînes TV pour adultes sont sortis de leurs érotiques gonds.

“C’est pousser le plug anal un peu trop loin”

“Tous ces efforts pour proposer des cadres idylliques de tournage, et voilà comment nous sommes remerciés ? Le maire de Grenoble ne sait probablement pas combien ça coûte de louer une villa avec piscine pour tourner un gang bang géant. Alors, mettre dans la même phrase porno et ascenseur, c’est pousser le plug anal un peu trop loin, avec tout le respect que j’ai pour les sociétés qui fabriquent les ascenseurs. Le maire écolo a aussi parlé de HD, demandant si c’est un progrès de voir un 69 ou un plan à 3 en haute définition. Je lui répondrai que oui. Il ne faut pas oublier que la libido de nos fans écologistes est décuplée quand le cadre se déroule dans un espace boisé, quand les feuilles sont visibles en arrière-plan. Nous, au sein de notre syndicat, nous attendons des excuses publiques. D’ici-là, on coupe la diffusion de nos vidéos X à Grenoble. Que les fans de nos films et nos actrices et acteurs ne nous en veulent pas, demande un célèbre producteur de vidéos pour adultes, connu pour avoir une main de fer dans un gant de latex. Que les mauvaises langues ne viennent pas nous dire que nous jetons de la vaseline sur le feu. Nous demandons à ce que notre art soit respecté, rien de plus. Ce domaine d’activité n’est pas facile. Il ne faut pas se fier aux apparences. On en avale des couleuvres. Dans un autre registre, le reporter de lepigramme.fr : il me manque un figurant. Ça te dirait de nous dépanner ? Tu verras, c’est très facile. Tu auras juste à mater l’actrice vedette de notre futur production se faire prendre en levrette. Rien de plus. Non ? T’es sûr ? Tu n’as pas le temps d’attendre une heure le temps que l’acteur lâche la sauce ? Oui, si t’es pressé, je te comprends. Les acteurs X sont endurants. Pas comme le commun des mortels.”

Publicité
Booking.com

“Pas de quoi enculer les mouches””

La mairie prône l’apaisement. “Ils vont pas nous en chier une pendule ! Notre maire a pris l’exemple des films pornos, mais il aurait très bien pu dire films d’auteurs ou films commerciaux. Il a choisi les films X dans son exemple pour la 5G dans les ascenseurs, et alors ? Mater un film de cul dans un ascenseur, ça arrive, non ? Cette histoire n’a pas lieu d’être. Il n’y a vraiment pas de quoi enculer les mouches”, philosophe un élu du Conseil municipal.

“Notre maire doit s’excuser”

Face à cette situation inédite dans l’histoire des films pour adultes, pros ou amateurs, les grenobloises et grenoblois ont dû se rabattre sur les bons vieux magazines et CD pornographiques. “Ça me rappelle mon adolescence. Avec le recul, j’ai découvert que l’odeur du papier est aphrodisiaque”, analyse un quinquagénaire. Même son de cloche chez un jeune adulte : “J’en avais entendu parler des films sur CD. J’ai retrouvé le pc portable de mon daron (papa, ndlr), avec lecteur DVD intégré, dans notre grenier pour visionner le CD que j’ai acheté dans un magasin d’objets d’occasion. J’ai eu le cul bordé de nouilles”, se réjouit Antoine, un cinéphile féru de films X amateurs.

Passée la découverte, nombre d’internautes veulent le retour de leurs sites préférés. “Lors du confinement, je ne suis pas devenu accroc, mais presque, confesse un sympathique grenoblois. Les interminables lectures de romans, ça m’a aidé, mais je les avais tous finis au bout de la première semaine de cloisonnement. Ensuite, je me suis rabattu sur les films traditionnels en VOD, mais là aussi : au bout de deux semaines, je les avais tous vus. Résultat, le temps qui restait : je l’ai passé à mater des films X. Notre maire doit s’excuser. C’est pas possible autrement.”

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!