Coronavirus à Courbevoie : combien de temps dureront le confinement, et le télétravail y afférent, des habitants de Paris et d’Ile-de-France ?

Alors que les hypermarchés, supermarchés et épiceries d’Ile-de-France se sont vidés, une question taraude les parisiens et les franciliens. Pendant combien de temps devront-ils rester cloîtrés chez eux ? Un expert en ostracisme a bien voulu nous donner des pistes.

Publié le 26.02.2020 à 12h39. Mis à jour à 13h15.

 

Le poumon économique, financier et culturel de la France, à savoir Paris, avait échappé jusqu’ici à la pandémie de Coronavirus qui se propage actuellement, comme une traînée de poudre de cocaïne, à travers la planète. Mais il aura suffi de quelques cas, essentiellement arrivés d’Italie, pour obliger les autorités à instaurer un isolement “à la chinoise” des habitants d’Ile-de-France.

Publicité
Booking.com

“Archaïque, mais ça fonctionne parfaitement

“Depuis le match Italie-France du 16 novembre 1958, je ne leur fais plus confiance à ces bouffeurs de pâtes al dente de mes deux (italiens, ndlr). Ils avaient eu 8 penaltys, en un match ! Tous sur des simulations ! Huit ! Tu te rends compte ? Je l’ai encore en travers de la gorge, 60 ans après, c’est dire si on ne peut pas leur faire confiance à ces tricheurs. Je sais qu’il ne faut jamais généraliser, sinon ça mène à des raccourcis nauséabonds. Mais, comme par hasard, il vient d’où le Krovirus (Coronavirus, ndlr) que les petits cons (lycéens, ndlr) de Courbevoie ont ramené comme souvenir en France ? Mais bon, je ne leur en veux pas d’avoir été en Italie. A force de se palucher devant des vidéos d’actrices X italiennes, avec leur accent excitant, sur les sites pour adultes, ça donne envie d’y aller. J’aurais fait la même chose à leur âge. Mais de mon temps, on se branlait devant des croquis au fusain. Maintenant, ça à l’air archaïque, mais ça fonctionne parfaitement. Ça faisait travailler l’imagination. Si tu veux, je t’en prêterai, des dessins coquins au fusain. T’en veux combien, des dessins”, me demande aimablement un retraité parisien.

Voilà où ça mène leurs conneries…”

Invités à rester, et à travailler chez eux pour les rares personnes qui le privilège d’avoir un CDD ou un CDI, les sentiments des franciliens sont partagés. “Télétravail, télétravail ! Ils sont bien gentils avec leurs ordres à la con, mais moi, je suis en charge de la fabrication de pièces métalliques de 100 kilos pièce. Je ne suis pas contre le télétravail. Quoi, c’est vrai. Je pourrai mater la télé pendant mes pauses. Je pourrais aussi rester aux chiottes sans regarder ma montre toutes les 10 secondes. Je suis constipé, en plus. Ils ont pensé aux gens qui mettent une plombe à chier ? Mais ma machine sur laquelle je bosse dans l’usine où je travaille, comment je fais pour l’emporter jusqu’à chez moi ? Je ne vais pas détruire les cloisons de mon appartement. Déjà que mon proprio gueule pour ampoule de changée, alors imagine les cloisons. Pareil pour la porte d’entrée de l’immeuble. La réunion du syndic des copropriétaires sera mouvementée, j’te raconte pas. En plus, mes voisins risquent de gueuler à cause du bruit. Une machine de 5 tonnes, ça vrombit, pire qu’une mobylette trafiquée. Voilà où ça mène leurs conneries aux gens qui n’ont jamais mis une couille à l’usine : ils ne savent même pas l’énorme bruit que ça fait nos machines. En plus, les bobos qui bossent sur leurs ordinateurs à la noix, ils peuvent bosser chez eux, ais les vrais gens qui travaillent pour de vrai, en suant, ils font comment ?”, analyse un sympathique ouvrier spécialisé.

“Certes sympathiques, mais couillons quand même”

Même son de cloche chez les artistes de l’élitisme domaine de la culture. “Punaise de lit ! Je me suis coltiné près d’un an de tournée en province pour perfectionner ma pièce de théâtre, et pouvoir ainsi la jouer devant les sévères et chipoteurs spectateurs parisiens, et voilà que je dois rester chez moi, en isolation, à cause de ce virus de mes deux. Une octave ratée dans une tirade de théâtre et t’es descendu par les critiques. Tu te rends compte ? En plus, je n’ai pas pris le métro une seule fois en province, tu te rends compte, c’est l’enfer. Ils ont juste le tramway, ces couillons, certes sympathiques, mais couillons quand même. Quoi ? Non, je ne suis pas condescendant !“, tient à rassurer un célèbre acteur de théâtre, qui n’a malheureusement pas pu réussir dans le cinéma. Il ajoute : “Le cinéma, c’est pour les acteurs amateurs ! Sois poli, le reporter de lepigramme.fr. Je ne dis pas ça parce que mon film a fait 200 entrées payées, au total, alors qu’il a été projeté dans 600 salles de cinéma à travers la France. Inconsciemment, je n’ai pas voulu qu’il marche, mon film, c’est tout. Mon talent a inconsciemment inhibé mes neurones pour qu’ils jouent mal dans ce put*** de film destiné aux incultes qui n’ont jamais mis les pieds dans un théâtre.”

 

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lepigramme.fr