Classement mondial des écoles primaires : la France gagne 16 places après une demi-journée de classe.

Le ministère de l’Éducation nationale l’avait promis, il l’a fait ce 22 juin. Tous les écoliers de France ont retrouvé le laborieux chemin de leur établissement après plus de 3 mois d’école à la maison. Chose inattendue, la France a bondi de manière vertigineuse dans le classement mondial des acquis des élèves, après seulement une demi-journée de cours.

Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale, voulait que les écoliers et les élèves, du primaire et du secondaire, repartent en cours le plus vite possible après l’étouffant confinement historique de cette année.

“Pour le développement des enfants”

“Nous n’avons subi aucune pression ni de la part du ministère du Travail, ni du ministère du Budget, ni du ministère de l’Économie, ni du ministère de l’Action et des Comptes publics, ni de Pôle Emploi, ni du Medef, ni de BlackRock ou des autres fonds d’investissement, ni des entreprises du CAC 40, ni de l’EURONEXT 100, ni de Bruxelles, ni de Strasbourg, ni de la part des fédérations de patrons d’entreprises. Certes, le ministère de la Santé tire la tronche, mais il devra faire avec. Les 2 semaines d’école restantes seront primordiales pour le développement des enfants, de la crèche à la terminale”, assure un cadre du ministère de l’Éducation nationale.

Publicité
Booking.com

“Les enfoirés !”

Preuve des dires du cadre, la France a bondi de 16 places dans le classement mondial des écoles primaires. Le pays de l’éducation obligatoire est passé de la 23ème à la 7ème place en l’espace de seulement une demi-journée de cours. La nation de Charlemagne devance donc désormais la Finlande, l’Irlande, les USA, le Japon, le Royaume-Uni et la concurrente Allemagne. “D’ici la fin de la semaine, on doublera les maudits québecois. Ça ne sera que justice, après tout. Ils se font passer pour des français quand ils draguent les américaines, les enfoirés ! Il est à nous le French kiss, à personne d’autre !”, insiste un orthophoniste, célibataire, du ministère.

“L’autre moitié est sous antidépresseurs”

Le personnel soignant interrogé n’a pas eu la force de faire de déclaration publique. “C’est trop tôt. La moitié du personnel soignant reprend des forces après les journées de 19 heures de travail en continu. Ils n’ont même plus la force de parler. L’autre moitié est sous antidépresseurs, car les infirmières et les infirmiers ressortent les respirateurs après les rassemblements parisiens de la Fête de la Musique des connards du canal Saint-Martin, du square Villemin et de la rue de Paradis. Ils n’en peuvent plus dans les hôpitaux”, confie un virologue.

Même son de cloche chez la majorité des professeur.e.s. “Je ne comprends plus rien. Un jour, on te dit d’aller cueillir des fraises gariguettes et le lendemain, on te demande de faire classe dans des salles pleines de gosses intenables en pleine épidémie de Coronavirus. Je ne parle même pas de tous les clusters qui sont apparus à travers tout le territoire”, se désole une professeure des écoles.

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!