Chèques de 100 euros, un an de truffes, vins millésimés, grands crus, bière, rhum, ponch, crêpes, foie gras ou maroilles : les régions rivalisent d’ingéniosité pour attirer les touristes.

L’idée de donner un chèque de 100 euros à chaque touriste visitant l’une des deux Charente, qualifiée de “géniale d’un point de vue marketing” par les villes américaines ou italiennes tenues par les mafias siciliano-américaines et sud-américaines, a incité d’autres départements à en faire de même.

La Charente et la Charente-Maritime offrent aux touristes des chèques de 100 euros s’ils visitent leur département, mais sous conditions. Ainsi, chaque visiteur voulant repartir avec la précieuse indemnité financière devra séjourner au moins 2 nuits sur place, manger au restaurant et visiter un site touristique du coin. “Indemnité, ça fait trop compensation morale. Ils auraient dû appeler ce chèque autrement, ceux du ministère du Tourisme. Les gens sont heureux de visiter nos belles contrées. C’est plus une gratification que des dommages-intérêts”, précise un élu charentais.

“Surtout pas envie de passer à côté de 400 euros”

“Le bar du village, ça compte comme site culturel ou pas ?, demande l’épouse d’un affable quarantenaire. Mon imbécile de mari passe son temps dans les bars de tous les endroits où nous allons en vacances. Résultat : c’est moi qui me coltine les gosses qui ne décollent pas leurs yeux de leurs téléphones cellulaires (smartphones, ndlr). J’ai beau dire à nos morveux de mioches que les musées et les châteaux, c’est très bénéfique pour la culture générale, ils ne veulent pas y aller. On a 4 mouflets, j’ai surtout pas envie de passer à côté de 400 euros. Une autre question : les restaurants de kebabs, ça compte comme restaurant traditionnel ou pas ? Mes crétins de moutards ne finissent jamais leur assiette quand ils mangent avec des couverts. Bon, c’est pas que je m’ennuie, le scribouillard de lepigramme.fr, mais je vais aller décoller mon chéri de poivrot du comptoir. Ce zigoto va encore devenir la mascotte du bar. C’est pareil à chaque endroit touristique où on va. En même temps, c’est un peu normal, car il paie tournée sur tournée, le con ! Heureusement que je prévoie un budget picole à chacune de nos vacances”.

Publicité
Booking.com

“Richesses du patrimoine gustatif”

S’inspirant de la Charente et de sa huppée et mondaine voisine, la Charente-Maritime, nombreux sont les départements à faire de même. Ainsi, selon les régions et leurs produits du terroir, seront offerts, pendant un an : vins et champagnes millésimés, grands crus, bière, rhum, ponch, cidre, eau de vie, truffes, foie gras, jambons, terrines, pâtés, rillettes et autres charcuteries, gibier, viandes, poissons, légumes, algues, fruits, fromages, tisanes, épices, ail, fines herbes, piments, escargots, huile d’olive, moutarde, sucre de betterave, chocolat, pâtisseries, nougat, calissons, pâtes de fruits, bonbons, miels véritables sans sucre ajouté, confitures, et bien d’autres richesses du patrimoine gustatif de nos régions.

“On donnera surtout du très bon pinard”

“Nous, on offre un an de choucroute et de bières alsaciennes. Il n’y a pas que le champagne et le vin rouge dans la vie. Écris-le bien dans ton article que les vins blancs d’Alsace font partie des meilleurs du monde. Que les bordelais arrêtent de frimer, avec tout le respect que j’ai pour les bourges qui se la pètent parce qu’ils ont la vue panoramique sur l’Océan Atlantique”, explique un élu du Conseil régional.

Un élu de Loire-Atlantique tient également à préciser que son département offrira un an de muscadet aux touristes qui visiteront les belles contrées des Pays de la Loire. “Bordel ! On fait partie de la Bretagne ! C’est pas difficile à comprendre, sacrée nom d’un vendéen ! Nous avions pensé offrir un an de mâche, mais on donnera surtout du très bon pinard à nos touristes. La mâche de Loire-Atlantique est délicieuse, mais il faut reconnaître que c’est moins alléchant que le pinard. Mais attention, des gens font la fête avec de la mâche. Sur des petits toasts, c’est exquis”, recommande un membre du Conseil départemental de Loire-Atlantique.

“Câliner les papilles”

Même son de cloche chez nos amis corses. “Nos touristes auront un panier garni avec, dedans, du saucisson d’abeille et du miel d’âne. Non, c’est le contraire, désolé. Ne m’en veux pas, le journaliste de lepigramme.fr, mais je me suis réveillé très tôt ce matin. Tout ça à cause de ta connerie d’interview. Alors, tu dois savoir que pour tes rendez-vous ici, il est préférable, et même conseillé, de toujours fixer tes entrevues en fin de matinée, vers 15h ou 16h, minimum, jamais avant. 11 heures, c’est beaucoup tôt dans le coin. C’est pas la France ici, vous avez trop tendance à l’oublier, vous, les habitants du continent. Y’a pas le feu à la villa dynamitée d’un satané non-insulaire ! En même temps, on ne vous en veut pas à vous, nos amis et voisins français. A force de voir les températures de Bastia ou d’Ajaccio dans les émissions de météo, les habitants de France et de Navarre pensent que la Corse fait partie de l’hexagone, mais non, en fait. Ni historiquement et encore moins politiquement nous vous appartiendrons, jamais ! Houlala ! Il est midi, c’est l’heure du petit-déjeuner. On va manger, je t’invite. Des tartines avec du miel du maquis, il n’y a pas meilleur. Ça va te câliner les papilles, comme le soleil caresse la peau dans l’une de nos sublimes plages”, philosophe, avec lyrisme, un élu de la ravissante île de Beauté.

“Les provinciaux sortent l’artillerie lourde”

Ainsi, les départements et les régions gâteront, à partir d’aujourd’hui, leurs visiteurs, bridés par le confinement historique de cette année. “Les enfoirés ! Pour une fois qu’on avait l’occasion de garder nos bobos dépensiers (parisiens, ndlr) chez nous, voilà que les provinciaux sortent l’artillerie lourde en termes de chèques et de cadeaux à la noix pour nous les piquer comme chaque année. Put*** ! Comme produit du terroir, nous, on a que des champignons de Paris, rien d’autre. Comme produit attractif touristique, on a aussi les putes de luxe, vous avez raison lepigramme.fr, mais la commission de validation des dépenses budgétaires de la Mairie de Paris n’approuvera jamais les call-girls comme cadeaux. Comment on va faire ?”, demande le responsable du service “Promotion des dépenses touristiques compulsives” de la mairie.

“Il y a beaucoup de conneries qui se disent sur internet, mais nous, on gratifiera nos touristes avec un an de bêtises par tête de visiteur. Notre charmante ville n’est pas le fournisseur mondial de bêtise pour rien. La bêtise, ça nous connaît, de génération en génération, et nous en sommes fiers”, s’enorgueillit un responsable de l’office de Tourisme de Cambrai.

“Des centaines de kilomètres de queue”

Un responsable de la promotion touristique d’un paisible département du centre du pays a tenu a faire connaître sa pensée. “On va leur offrir quoi, à ces cons (touristes, ndlr) ? On n’a pas d’agriculteurs, du moins, pas d’agriculteurs vivants. Ils ont tous clamsé de vieillesse, de suicide ou ils ont fait faillite. On a pourtant crié sur tous les toits que nos paysans doivent être aidés davantage. Résultat, on se retrouve avec deux zones industrielles dans tout notre département. Toutes les sociétés de nos zones industrielles produisent des pièces pour l’industrie. On ne peut pas offrir des outils pour engins de BTP fabriqués chez nous. Le prochain qui me parlera de girondisme, je lui fous un essieu de camion là où je pense. On a besoin du fric donné par les ministères de la capitale, maintenant qu’on n’a plus le pognon des taxes d’habitation. De manière symbolique, l’essieu dans le fion, je précise. Face à la mer et à la montagne, il faut reconnaître que nos plaines ne sont pas bandantes, en termes d’attractivité touristique. Pourtant, c’est très beau, les apaisantes et plates étendues de terre. C’est idéal pour reposer les nerfs des énervés citadins. Mais ça n’attire pas autant que cela devrait. Oui, je sais, c’est incompréhensible et injuste, mais c’est comme ça. En plus, comment veux-tu faire le poids face à une foule de seins nus et de maillots de bain moule-pénis qui se promènent sur les plages ? On va lancer le produit ‘Forêts naturistes’, mais c’est pas gagné. On a eu l’idée depuis très longtemps, dans notre département, mais on n’osait pas. Jojo, qui habite dans l’un de nos nombreux villages, sort tout le temps à poil, quand il est bourré. A 9_ ans et par -10 degrés, il sort le zizi à l’air. Il a toujours été solide, le bougre. A force, on le laisse faire, tout le temps, qu’il pleuve ou qu’il vente. On ne lui dit rien. Normal, il ne quitte jamais son fusil de chasse. Je suis sûr que ça va marcher à fond la caisse, les vacanciers qui se baladent les fesses à l’air dans notre département. Il y aura des centaines de kilomètres de queue, c’est sûr”, analyse un aimable élu départemental.

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!