Réouverture du Centre Pompidou : les canalisations remises en marche pour offrir de l’eau chaude gratuitement aux habitants du 4ème arrondissement de Paris.

Après plus de 3 mois de fermeture, en raison de la calamiteuse épidémie de Coronavirus, le majestueux Centre Georges Pompidou a rouvert ses métalliques portes aux visiteurs. Cependant, c’est la remise en fonctionnement de ses canalisations qui a davantage intéressé les habitants du cossu 4ème arrondissement de Paris. Explications.

Notre-Dame-des-Tuyaux, taquin sobriquet donné au Centre Georges Pompidou lors de son inauguration, est un bâtiment emblématique de la capitale. Son architecture, avec sa tuyauterie géante, est une attraction prisée des touristes, au même titre que la Tour Eiffel, les boutiques de luxe, les kebabs, les sex-shops de Pigalle ou les pittoresques prostituées du Bois de Boulogne.

“Leurs chaudières à charbon à la poubelle”

Raffinerie de pétrole à ses débuts, l’impressionnant édifice a été transformé en centre culturel suite à la crise pétrolière de 1973. “A l’époque, les écolos étaient tous sous opium, les veinards. Ils signaient tout ce qu’on leur demandait sans même regarder le contenu des documents. Normal : quand t’es dans les vapes, tu vois tout flou. En plus, ils n’étaient pas aussi possédés que ceux de maintenant. Ils passaient leur temps à gueuler des slogans contre le nucléaire, entre deux parties hippies de jambes en l’air. Malheureusement, tout a  changé. Les écolos d’aujourd’hui, ils bloquent un décret municipal pour une simple petite virgule mal placée ou pour une route bitumée toute riquiqui”, se désole un membre du Conseil municipal de Paris.

Publicité
Booking.com

Délire démagogique, enragé et quasi-mystique selon les uns, réel progrès dans la lutte pour la sauvegarde de l’environnement selon les autres, les canalisations serviront à alimenter gratuitement en eau chaude les chauffe-eaux et robinets des habitations et commerces de l’ensemble du 4ème arrondissement. “Notre combat pour la sauvegarde de l’espèce humaine n’est pas un délire de bobo, tient à faire savoir un écologiste. Les économies d’eau, que les habitants du 4ème feront, leur seront utiles pour améliorer leur budget alimentation. C’est que le bio : ça coûte bonbon. Pour les appartements qui ont les chauffages fonctionnant à la flotte bouillante : c’est le jackpot ! Ils ne paieront plus un rond en factures d’énergie qui coûtent la peau des fesses. En plus, ils gagneront un espace de dingue quand ils jetteront leurs chaudières à charbon à la poubelle. Les chaudières à charbon, ça prend beaucoup de place.”

“Un litre d’eau coûte plus cher qu’un litre d’essence…”

Cette initiative ravit riverains et commerçants parisiens. “D’autant, j’ai trouvé ce bâtiment moche depuis sa construction. On dirait qu’il n’est pas terminé. Oui, je sais, c’est volontaire. Mais là, avec l’eau gratuite, j’ai changé d’avis”, avoue un habitant. Ainsi, les habitants du cossu arrondissement de la capitale n’auront pas à débourser le moindre centime pour avoir de l’eau chaude. “A Paris, un litre d’eau coûte plus cher qu’un litre d’essence, à ce qu’il paraît. Moi, je ne connais pas le prix du carburant. D’abord, parce qu’il n’y a plus de stations-service à Paris, et puis aussi, parce que je n’ai pas de voiture. Entre la place de parking qui coûte le prix d’un studio, et le fait d’avoir à refaire la carrosserie de la bagnole, dans les meilleurs cas, après chaque manif hebdomadaire des gilets jaunes : c’est pas la peine d’avoir une caisse dans la capitale. J’ai un pote qui est obligé de racheter une voiture après chaque manifestation. Oui, tu as raison le reporter le lepigramme.fr, je sais bien que les Gilets jaunes ne cassent pas, ils ne font que gueuler entre chaque apéro. Mais au final, les bagnoles sont hors service. Et puis, rien qu’avec les embouteillages parisiens : il est préférable de prendre le bus ou le métro. Les petits vieux qui marchent à 2 à l’heure vont plus vite que les automobilistes”, analyse un riverain.

“Les nantis plombiers manifesteront…”

Même tous ne sont pas aussi ravis. Pour la première fois de leur histoire, les nantis plombiers manifesteront pour demander la suppression de ce décret. “Pour remplacer un joint de robinet, facturé à peine 1.200 euros : on nous appelle. Mais pour fournir de l’eau chaude gratuitement aux habitants, on ne nous demande pas notre avis. Ce n’est pas parce qu’on facture à la tête du client qu’on n’a pas de fierté. Pas plus tard que ce matin, j’ai encaissé 3.000 euros pour avoir remplacé un tuyau en cuivre d’une trentaine de centimètres d’une canalisation. Je suis sorti de chez ma cliente la tête haute. Cette conne (sympathique cliente âgée de 98 ans, ndlr) m’a même offert un café, ça prouve le respect que les gens ont pour nous. Oui, tu as bien entendu. 3.000 euros pour le remplacement d’un tuyau en cuivre. Normal, c’est plus cher quand il y a un cintrage et un coudage à faire. Il faut bien amortir le chalumeau que j’ai acheté il y a 20 ans”, éclaire un honnête plombier.

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lepigramme.fr