Aides pour la sexualité des handicapés : il s’ampute les 2 jambes pour avoir des assistantes sexuelles gratuitement.

La nouvelle aide relative à la sexualité des personnes handicapées produit déjà ses premiers effets. Explications.

Le gouvernement s’est penché sur les innombrables problèmes que rencontrent les personnes handicapées. “Il était temps. Moi, j’ai mis 3 ans pour avoir une put*** de salle de bain adaptée à mon handicap. Il a fallu remplir pas moins de 5.000 pages de formulaires et aussi me déplacer. Ils auraient quand même pu installer un ascenseur dans leurs bureaux. Ils doivent donner l’exemple, bordel ! Pour me doucher, comme j’ai plus mes deux bras, j’ai dû faire appel à mes voisins. Je les en remercie d’ailleurs. Heureusement qu’il y a encore de la solidarité dans ce monde. Je les remercie aussi de m’avoir prêté leur salle de bain. Je ne pouvais même pas rentrer dans la mienne. La porte menant à ma salle de bain est pas assez large. J’ai bien essayé de démonter mon fauteuil roulant, au début. Mais au bout du 5ème jour, mes voisins ont eu des ampoules aux mains. C’était intenable pour eux et aussi pour moi. Normal, j’ai mes chiottes dans ma salle de bain. Au bout de 5 jours, c’est difficile de se retenir de chier”, confie un sympathique et patient handicapé.

En plus du numéro d’appel unique, le 360, de la création de 1.000 places supplémentaires dans les établissements spécialisés, ainsi que de 11.500 postes d’accompagnants d’ici 2022, et de la création du futur revenu universel d’activité, qui prévoit de fusionner plusieurs aides. “Revenu d’activité. Je suis tétraplégique. Je n’arrive pas à bouger. J’arrive tout juste à frétiller d’un orteil. Rassurez-moi, j’y aurai droit”, demande une aimable personne à mobilité hyper réduite.

Publicité
Booking.com

Le gouvernement prévoit également de développer l’apprentissage. La PCA, prestation de compensation du handicap, sera étendue à l’aide ménagère et l’assistance aux parents d’enfant handicapé pour l’assistance apportée par un tiers.

“T’auras la totale, mon choux”

Mais le sujet qui est au centre de toutes les attentions est la sexualité des handicapés. Le Président de la République a tenu à préciser que la sexualité des personnes handicapées ne doit plus être “tabou dans la société”. Les prestations des assistantes et assistants sexuels seront pris en charge. “Déjà qu’ils ont uberisé les transports. J’en ai perdu de la clientèle. Mes clients taxis viennent moins souvent à cause de leurs conneries. Les VTC se tapent leurs clientes, après les avoir draguées, gratos, en plus. Ces connes peuvent être payées et elles font ça gratuitement, c’est un comble ! Voilà maintenant que le gouvernement uberise la prostitution. Tout fout le camp !, j‘te l’dis, mon pt’it. Si tu veux monter, j’te fais un prix. T’auras la totale, mon choux. J’ai presque de la pitié pour les journalistes. Ils gagnent pas grand chose, les pauvres. Alors, tu montes, chéri ?“, me demande gentiment une altruiste prostituée de la touristique et culturelle Rue Saint-Denis, à Paris.

“Ça ne doit plus être tabou”

“J’ai sauté sur l’occasion. Bon, pour ça, je me suis défait de mes deux jambes, mais vu ma vie sexuelle quand j’étais valide, tu aurais fait comme moi, le reporter de lepigramme.fr. Avec leurs pourcentages pour calculer le taux de handicap, j’ai préféré ne pas prendre de risques. J’ai coupé les deux. Là, au moins, j’aurai les putes légales (assistantes sexuelles, ndlr) gratos, vu que ça sera pris en charge, si j’ai bien compris les reportages diffusés à la télé. En plus, le Président a dit que ça ne doit plus être tabou, la sexualité des handicapés. C’est concrètement que ça va être fait. Le sujet des handicapés qui font appel à des assistants sexuels (prostitué.e.s légal.e.aux, ndlr) est devenu grande cause nationale, c’est normal et c’est très bien. Heureusement, car ça coûte bonbon de faire appel à des prostituées. Quand j’avais tous mes membres, ça me coûtait une fortune. Mes jambes me manquent un peu, mais comme je ne faisais pas de running, je m’en fous, en fait. Tirer des coups, pour de vrai, c’est bien mieux”, analyse Adrien, un célibataire cinquantenaire, tout en changeant ses pansements.

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!